Tout ce qu’il faut savoir sur l’Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO)

C’est un OVNI dans le paysage de l’immobilier ! L’assistant à maîtrise d’ouvrage, plus communément connu par ses initiales AMO, est le bras droit du maître d’ouvrage qu’il assiste dans la définition, le pilotage et l’exploitation du projet. Concrètement, il œuvre pour fluidifier la coordination de projet pour permettre au maître d’ouvrage de remplir pleinement ses nombreuses obligations. Nous vous proposons aujourd’hui de passer au crible les nombreuses facettes de l’assistance à maîtrise d’ouvrage : ses origines, son intérêt et sa place dans le droit français. C’est parti…

L’AMO : une bifurcation de la maîtrise d’œuvre

Pour beaucoup, l’AMO trouve son origine dans l’agrandissement progressif des projets qui exigent de plus en plus de compétences transversales et pluridisciplinaires. En effet, le recours à l’assistance à maîtrise d’ouvrage se justifie pleinement par la taille, la complexité et la spécificité de certains projets. En réalité, l’émergence de la fonction a été catalysée par trois constats :

  • L’éclatement des fonctions classiques de la conduite d’opération ;
  • Le démembrement de la maîtrise d’œuvre pour les assistances techniques ou économiques ;
  • Le prolongement des missions d’ordonnancement, de pilotage et de coordination (OPC).

Le recours à l’AMO vise généralement à pallier les risques liés au défaut de certaines compétences et au manque de temps, mais aussi pour satisfaire un besoin d’expertise ou de conseil par un expert externe. Les maîtres d’ouvrage doivent impérativement identifier les risques en matière de pilotage de projet dans une démarche proactive pour éviter les dépassements.

Pourquoi recourir à l’AMO ?

C’est simple. Les opérations de construction ont drastiquement gagné en complexité. Il faut dire que les évolutions technologiques (virage numérique, boom des systèmes d’information), les nouvelles pratiques contractuelles, la complexification du contexte réglementaire et l’impératif crucial de compétitivité et de rationalisation des coûts imposent au maître d’ouvrage de solliciter une assistance performante pour garder cette hauteur de vue indispensable à l’exercice de ses fonctions. Le maître d’ouvrage est un véritable chef d’orchestre qui occupe la place centrale du projet. Il doit en ce sens être en mesure d’identifier puis de s’entourer de compétences spécifiques en fonction de la nature du projet, pour couvrir les aspects techniques, administratifs, financiers ou managériaux.

L’AMO dans le droit français

Contrairement à ce que l’on pourrait penser et en dépit de l’omniprésence de la profession sur les chantiers, l’AMO n’est définie par aucun texte officiel. Il est intéressant de noter qu’elle est toutefois fréquemment mentionnée par les pouvoirs publics depuis la circulaire n°2001-65 du 18 septembre 2001 qui indique que « La loi ne s’oppose pas à ce que le maître d’ouvrage fasse appel à une assistance extérieure pour l’aider à préparer ses décisions ».